La nuit parfois je rêve

Soumis par HashtagCeline le mer 10/07/2019 - 21:01
"Parfois, dans mes rêves, j'apprends à voler. Parfois, je tombe. Parfois, au réveil je ne me souviens plus de rien."
#VoyagerDansSonLit

 

Le coucher puis la nuit sont pour chacun, que l'on soit adulte ou enfant, des moments un peu particuliers. 

Quand arrive l'heure de se mettre au lit, "souvent", "parfois", reviennent toutes les pensées et toutes les émotions de la journée écoulée. Dans notre tête, ce qui nous a occupés, ce qui nous a tracassés, ce qui nous a fait rêver, ce qui nous a fait peur... tout cela ressurgit avec une plus grande intensité. Si on se met au lit pour dormir, cet endroit douillet et accueillant peut aussi être le théâtre de nombreuses réflexions avant de finalement sombrer dans le sommeil. Puis, une fois que l'on s'est endormi, rien n'est fini. Ce n'est que le début. Il s'en passe des choses durant ces heures immobiles ! Tout est possible. 

Parler de tout cela n'est pas forcément chose courante. En effet, bien souvent, dans les albums jeunesse, sont plutôt abordés le rituel du coucher ou les peurs nocturnes. Ce n'est pas le cas ici. Il n'est pas question de donner des clés pour vaincre ses cauchemars ou aller se coucher sereinement. Ici, il est surtout question de parler pour se rassurer et voir que tout le monde vit les mêmes choses, une fois l'heure d'aller au lit arrivée. Savoir que tout ce qui nous agite est normal est très réconfortant.

Hormis la beauté des illustrations qui m'ont tout de suite séduite, j'ai vraiment trouvé que la façon dont la nuit était traitée était originale. Le titre annonce le sujet mais pose les bases de l'album : "La nuit, parfois je rêve" mais parfois, il se passe autre chose, mais quoi? Est-ce toujours un bon moment? 
Stéphanie Demasse-Pottier et Clémence Pollet nous invitent à le découvrir de façon poétique et imagée à travers les mots simples et justes d'une petite fille. C'est très beau. L'autrice et l'illustratrice nous emmènent loin sans pourtant nous faire quitter le lit de leur jeune héroïne. 

A travers de grandes doubles-pages, nous suivons la fillette dans ses angoisses, ses réflexions qui précèdent son endormissement. Après avoir lu un livre (ou plus que ça), après avoir pleuré ou même sans s'en apercevoir... Ce moment où l'on bascule dans le sommeil est mystérieux et chacun y parvient de façon différente. Mais une fois dans les bras de Morphée, l'aventure n'est pas finie. Bien au contraire ! La nuit apporte son lot d'aventures. Et tout cela est très joliment mis en scène par le duo talentueux aux commandes de cet album.

Ce livre aborde la thématique du sommeil avec simplicité à travers des petits moments-clés. Pour l'enfant (et pour l'adulte) cela permet vraiment de relativiser et de parler de cet instant de la journée qui, alors que bien souvent la fatigue pointe son nez, n'est pas toujours simple à appréhender. Et si la nuit n'est pas de tout repos, il faut se dire qu'au matin, tout recommence. La lumière apporte bien souvent une autre vision de ce qui nous a préoccupés dans l'obscurité, au fond de notre lit.

Bref, je suis conquise par cet album dans lequel on entre comme on en ressort : des étoiles plein les yeux et le sourire aux lèvres car en quelques pages, en quelques mots, l'autrice et l'illustratrice nous font relativiser nos peurs et nos doutes nocturnes tout en sublimant les rêves et voyages de nos nuits.

Un très bel album pour parler du coucher, de la nuit ou tout simplement pour rêver.

 

#PourQui?

 

Pour les enfants qui ont peur quand vient le soir...

Pour les enfants qui aiment rêver.

Pour les enfants qui se demandent ce qui se passe la nuit.

Pour les enfants qui ont parfois du mal à trouver le sommeil.

Pour tous les enfants à partir de 4 ans.

 

Coup de cœur !
Illustrateur
Public
Date de sortie
Nombre de pages
32
Prix
14.50 €
Langue
Français

#VosCommentaires

#OnContinue ?

Phalaina -Phalaina-

“Cette gamine, il faut bien le dire, avait tout du Malin.
Ses yeux rouges, déjà, étaient une étrangeté qui avait plusieurs fois fait frissonner Monsieur l’abbé… Le fait qu’elle ne parle pas…
#phalaina, #rouerguejeunesse, #alicebrierehaquet

Des bleus au cartable
"Et cette fille, là, avec son cartable à roulettes de bébé et ses habits moches... elle ne croit quand même pas que je vais répondre à son petit sourire ? Je l'ignore en passant devant elle, sans…
#desbleusaucartable, #murielzurcher, #sebastienpelon, #didierjeunesse
La révolte des animaux moches
"La mocheté est une question de perspective : tout dépend comment on regarde."
#larevoltedesanimauxmoches, #lerouergue, #collinepierre, #annelisecombeaud, #dacodac
L'homme qui voulait rentrer chez lui
"Jeff et son frère Norbert ont trouvé un fugitif dans la cave de leur immeuble. Est-ce un migrant ? Un criminel en cavale ? Un malade mental ? Impossible à dire."
#lhommequivoulaitrentrerchezlui, #ericpessan, #ecoledesloisirs, #mediumplus, #romanado
Où vont les racines des arbres?
"Les racines, tel un réseau internet végétal, permettent aux arbres...de communiquer entre eux." La vie secrète des arbres de Peter Wohlleben
#ouvontlesracinesdesarbres, #isabellecollioudmarichallot, #annederenne, #pileface, #a2mimo
La fée sous mon lit
"Le soir, avant que les rêves ne m'emportent, j'aime bavarder avec la fée sous mon lit."
#lafeesousmonlit, #rosalindebonnet, #didierjeunesse
Le secret très secret du Maître du Secret Le secret très secret du Maître du Secret

"Tu vas bien t'amuser là-bas, tu vas voir. Tous les jours, tu vas faire des tas d'activités sportives avec d'autres jeunes de ton âge.

Ça c'est ce qu'ils croient."


#lesecrettressecretdumaitredusecret, #vincentpianina, #thierrymagnier, #babelio
Sombres citrouilles
Une adaptation très réussie du roman de Malika Ferdjoukh !
#sombrescitrouilles, #malikaferdjoukh, #nicolasspitz, #ruedesevres, #ecoledesloisirs
Même pas en rêve
"Jusqu'à la veille de sa mort,on croit toujours que ça ira mieux demain."
#memepasenreve, #vivienbessieres, #lerouerguejeunesse, #doado
Désaccordée Désaccordée

«J’aurais donné n’importe quoi pour qu’éclate un orage. Les gens s’agitent en vue d’échapper à la pluie; ils cavalent, déstabilisés. Ça ramène un peu d’égalité : moi, je me sens déstabilisée à…
#desaccordee, #joannerichoux, #echos, #gulfstream