Télévizor

Soumis par HashtagCeline le jeu 28/02/2019 - 15:42
"Mon nom est Noémie Nombre, et ça fait un an jour pour jour que je guette la réapparition de mon papa."
#Pépix

 

Comme à chaque fois, lire un Pépix me change les idées. J'aime plonger dans l'univers toujours loufoque des romans de cette collection.

Je découvre Stéphane Gisbert qui a pourtant déjà signé un Pépix : Le grand magasin fluo en 2017 illustré par Magali Le Huche (quand même !)
En revanche, je retrouve avec plaisir l'illustratrice Mioz Lamine dont j'avais bien aimé le dessin dans la série Joséphine Superfille dont le premier tome est paru chez Magnard Jeunesse, fin 2018.

 

#QuatrièmeDeCouv'

 

"Noémie Nombre a un problème : son père -un inventeur de génie- a disparu. Il se rendait à la Dark Technology, la plus grosse entreprise de la ville, quand c'est arrivé.
Et voilà que Lucy Fer, la directrice de cette entreprise, annonce la création d'un appareil inquiétant: Le Télévizor.
Il est envoyé gratuitement à tous les habitants de la ville. Dès lors, le comportement des gens devient de plus en plus bizarre..."

 

#TéléD'Enfer

 

Encore un Pépix qui sait me convaincre. Vais-je finir par me lasser? Apparemment non. Si j'ai l'impression qu'on y retrouve toujours les mêmes ingrédients, je me laisse à chaque fois séduire.
Thématique intéressante, graphisme amusant, histoire aux multiples rebondissements, loufoquerie et suspense... chaque Pépix m'apporte quelque chose.
Bref, tout ça pour dire que Télévizor n'échappe pas à la règle.

J'ai peut-être un tout petit peu moins ri que dans certains mais en revanche, côté aventure et suspense, j'ai été servie. 
J'ai beaucoup aimé la détermination de l'héroïne à vouloir retrouver son père et à découvrire ce que cachait réellement l'envoi de ce "télévizor" dans tous les foyers de sa ville. Elle est très courageuse et obstinée alors même que ses amis semblent vouloir la laisser tomber... Elle ne peut pas se résoudre à accepter la situation.

Les personnages sont, comme toujours dans les Pépix, plutôt bien campés comme ici le terrible surveillant du collège, Numéro 10, qui ne cesse de persécuter notre héroïne. Il y a aussi la bande de copains de Noémie très sympathique et attachante, avec Joaquim qui, à 12 ans, ne lâche pas son doudou Cloche, Léa et ses tâches de rousseurs qui envahissent son visage mais aussi Léon qui bégaie. 

Et surtout, on a une belle critique de la télévision d'aujourd'hui dans tout ce qu'elle a de plus abêtissant et abrutissant. Nous y reconnaîtrons d'ailleurs, de manière à peine voilée, un animateur omniprésent dans le paysage audiovisuel actuel sous le nom de Cyril Audimat.
C'est assez drôle. (Et en même temps assez accablant quand on voit le succès de l'homme en question dans la réalité.)

En plus de nous distraire, ce Pépix permet aussi de réfléchir à notre rapport à la télévision. L'auteur le fait de façon assez pertinente et passe le message avec humour (car oui, il y en a quand même pas mal) 

Stéphane Gisbert semble prendre à coeur de "mettre en garde" ses jeunes lecteurs des excès en tout genre de notre société (son précédent roman parlait de la surconsommation). 
Et il le fait de façon intelligente par le biais d'une aventure au coeur d'une machination démoniaque (Lucy Fer, la méchante du roman, ne s'appelle pas ainsi pour rien).

Côté illustrations, rien à dire ! C'est parfait. Le dessin de Mioz Lamine donne une grande énergie à l'ensemble.

Bref, lâchons un peu nos écrans et lisons... un bon Pépix, tiens !

 

#PourQui?

 

Pour ceux et celles qui passent du temps devant la télévision.
Pour ceux et celles qui n'ont pas de télévision chez eux.
Pour ceux et celles qui aiment les aventures complètement incroyables.

Pour tous et toutes à partir de 8-9 ans.
 

Illustrateur
Collection
Editeur
Public
Date de sortie
Nombre de pages
236
Prix
10.90 €
Langue
Français

#VosCommentaires

#OnContinue ?

Très vite ou jamais
“Ce que j’ai sur le coeur, c’est simple, je ne peux en parler à personne. Alors il faut que je l’écrive. Il faut que j’évacue ce trop-plein de désespoir et de colère qui m’étouffe. Une colère de…
#tresviteoujamais, #ritafalk, #mlesromans, #magnardjeunesse
Pëppo
Un coup de coeur pour ce roman qui allie humour, émotion et système D !
#peppo, #severinevidal, #bayardjeunesse
Ensemble à minuit
Est-ce la fin d'année? L'hiver? Le froid? L'envie de me pelotonner sous un plaid ? Toujours est-il que malgré quelques a priori sur ce titre que j'imaginais bien plus léger, je me suis trouvée prise…
#ensembleaminuit, #jennifercastle, #casterman, #letsread
Silhouette
À la croisée des littératures jeunesse et adulte, voici un recueil de nouvelles qui, c’est certain, ne laissera personne indifférent. Jean-Claude Mourlevat propose des histoires qui nous renvoient à…
#humournoir, #viequotidienne, #nouvelles, #pagedeslibraires
Le génie de la lampe de poche
Un excellent Pépix servi par une excellente auteure : Emilie Chazerand (La fourmi rouge chez Sarbacane)
#humour, #vacances, #magie
La Grande Parade des animaux
Approchez, approchez ! Venez assister à La Grande Parade des animaux !
#lagrandeparadedesanimaux, #danielegneus, #littleurban
Il était deux fois dans l'Ouest
Une grande aventure et une histoire d'amour façon Pépix.
#iletaitdeuxfoisdanslouest, #severinevidal, #sarbacane, #pepix
Chaque chose en son temps
Ouvrir ce nouveau roman de Lorris Murail, c’est faire un grand voyage dans le passé pour revenir sur l'une des périodes les plus noires du XXe siècle. Aux côtés de Reine, l’héroïne courageuse de…
#chaquechoseensontemps, #lorrismurail, #echos, #gulfstream, #sciencefiction, #histoire
Les enfants des Feuillantines Les enfants des Feuillantines

“- Combien d’enfants avez-vous à votre charge?

Désirée plissa les yeux. Elle détestait cette question. La réponse suscitait toujours des exclamations d’horreur et…
#lesenfantsdesfeuillantines, #celiagarino, #sarbacane, #exprim

La seizième clé
"Seize, seize, seize... Du jour où il s'était mis à compter, Oswald avait su que le seize serait pour lui un nombre à part. Un talisman? Une malédiction? Après toutes ces années, il hésitait encore."
#laseiziemecle, #ericsenabre, #didierjeunesse