Kaimyo , le nom des morts /1 – Les papillons de Kobé

Soumis par HashtagCeline le jeu 19/08/2021 - 21:13

"Il démarra la voiture. J'ai dit :

- Un drôle de hasard, tout de même.

Et le Professeur, tandis qu'on descendait dans la ville, près des quais de la rivière, et que le soleil avait laissé place à la lune, a secoué la tête.

- Il n'y a pas de hasard, Nouria. Et tu le sais bien. Mieux que quiconque."

#DuoMortel

Que je le dise tout de suite : j’ai vraiment adoré Kaimyō.

Bertrand Puard est décidément un auteur surprenant. Parce que j’avoue que, même si le résumé accrocheur et la belle couverture m’avait intriguée, j’ai mis un certain temps à me lancer dans cette nouvelle série. Mais comme pour L’Archipel (Casterman, 2018) ou encore Ctrl + Alt + Suppr (Casterman, 2019), je me suis fait bernée.

Bertrand Puard est très très fort pour accrocher son lecteur. Et il sait surtout vous laisser complètement à cran une fois la dernière page tournée ( cette fin, non mais cette fin !) J’attends donc avec une grande impatience le deuxième tome qui devrait paraître en octobre 2021.

Quatrième de couverture

" - Le Kaimyō est une notion importante au Japon, Nouria (...) la plupart du temps, tous ces morts partent dans l'anonymat, sans avoir la possibilité d'acquérir un Kaimyō, un nom posthume qui permettrait de rendre la paix à leurs âmes... En reconstituant leur histoire, j'essaye de faire en sorte qu'ils partent enfin en paix..."

En lisant Kaimyō, vous allez rencontrer deux personnages complètement atypiques : Reiko et Nouria. Le premier arrive tout droit du Japon pour implanter en France son étrange activité et la deuxième est la petite fille de la logeuse du premier. Un homme taiseux et une adolescente volubile qui en apparence n’ont rien à faire ensemble. Et pourtant… Nouria va accompagner Reiko dans l'une de ses affaires et tout va alors basculer. Nouria se révèle une coéquipière efficace qui va aider Reiko bien plus qu'il n'aurait pu l'imaginer...

Le duo fonctionne particulièrement bien. Le domaine dans lequel Reiko s’est spécialisé est tout bonnement passionnant et Nouria, avec sa sensibilité toute particulière, vient apporter une touche de fraîcheur, de fantaisie et d’humour à une histoire assez sombre finalement. On y croise beaucoup de morts, de tristesse et on se heurte à de nombreux drames irrésolus.

Ce roman pourrait être assez banal mais il ne l’est pas. Et c’est grâce à ses deux héros aux passés familiaux troubles que l’intrigue décolle et nous tient en haleine.
Qu’est-il vraiment arrivé aux parents de Reiko? Pourquoi ne cherche-t-il pas à le découvrir, lui qui passe son temps à enquêter sur les autres ?

Et Nouria? Sa famille semble aussi avoir quelques secrets inavoués gardés notamment par sa grand-mère, femme au caractère bien trempé, un des personnages haut en couleur et attachant de l'histoire.

Par ailleurs, j’ai beaucoup aimé la construction du récit qui laisse, pendant la première moitié du roman, la parole à Reiko puis dans la seconde, à Nouria. L’un passe le relais à l’autre quand le poids des révélations est trop important, quand la situation devient trop personnelle. J'ai trouvé cela assez judicieux et cela permet d'entendre la voix des deux protagonistes. 
Vous l’aurez compris, pour un tas de raisons que je ne peux pas toutes détailler ici (laissons planer un peu de mystère), il faut lire Kaimyō qui vous entraînera dans un tourbillon d'émotions et de rebondissements de Kobe à Paris en passant par l’Angleterre.

Captivant et original, ce premier tome est un coup de coeur dont j'ai hâte de découvrir la suite !

(Octobre me semble bien loin...)

#PourQui?

Pour ceux et celles qui aiment les histoires non résolues.
Pour ceux et celles qui veulent du suspense, du vrai !
Pour ceux et celles qui aiment les personnages hors du commun des mortels.
Pour tous et toutes à partir de 13 ans.
 

Illustrateur
Editeur
Public
Date de sortie
Nombre de pages
200
Prix
15.00 €
Langue
Français

#VosCommentaires

#OnContinue ?

Moins bête
"Aujourd'hui, j'ai appris que mes parents s'aimaient avant ma naissance. C'est un peu ma préhistoire"
#moinsbête, #regislejonc, #sebastienjoanniez, #pastel, #off, #ecoledesloisirs
Du haut de mon cerisier
"Moi, je suis en prison, comme si j'avais été arrêtée par Scotland Iard, sauf que les barreaux sont en brouillard et que mes compagnons de cellule se sont tous déjà enfuis."
#duhautdemoncerisier, #paolaperetti, #gallimardjeunesse
Incroyables abysses
Un pop-up incroyable sur un monde qui l'est aussi !
#incroyablesabysses, #elmodie, #saltimbanqueeditions, #popup
Rackette-moi si tu peux
Une déclinaison pour les primaires de la collection Les Graphiques chez Gulf stream.
#rackettemoisitupeux, #lesgraphiques, #sophieadriansen, #clerpee, #gulfstream
Les Cendres du Serpent-Monde Les Cendres du Serpent-Monde

"- Les Natii pensent que leurs cendres gagnent les cieux et, plus haut encore, la lune où ils se réincarnent sous la protection du Serpent-Monde. Chaque nuit, le grand serpent quitte sa tanière…
#lescendresduserpentmonde, #marinesivan, #tiphs, #scrineo, #partenariat

Summer Kids
En cette rentrée, parmi toutes mes lectures, j'ai fait une belle rencontre : Mathieu Pierloot.
#summerkids, #mathieupierloot, #ecoledesloisirs, #mediumplus
La fourmi rouge
Je crois que je peux le dire : c'est mon coup de coeur 2017 !
#lafourmirouge, #emiliechazerand, #sarbacane, #exprim, #humour, #deuil, #amour, #amitié, #confianceensoi
Ne ramenez jamais une fille du futur chez vous
Après avoir lu et adoré Signe particulier : Transparente de Nathalie Stragier, je n’avais qu’une hâte, me plonger dans sa trilogie La fille du futur.
#lafilledufutur, #nathaliestragier, #syros
Partis sans laisser d'adresse
J'ai presque pleuré de joie en le découvrant et j'ai tout stoppé pour le commencer. C'est l'effet Susin Nielsen.
#partissanslaisserdadresse, #susinnielsen, #helium
Tous différents tous pareils (dossier Page des Libraires)
Parler du handicap avec humour sans tomber dans le cliché, mettre en scène la différence avec décence et sans tabou, c’est le pari réussi de Nos cœurs tordus de Séverine Vidal et Manu Causse, et…