Quintland

Soumis par HashtagCeline le jeu 02/05/2019 - 21:50
"Elles n'avaient pas le choix, elles ne l'avaient jamais eu."
#UneHistoireVraie

 

Il est rare (mais pas inédit) que la littérature jeunesse puise son inspiration dans des histoires vraies. J'avoue que je n'hésite pas une seconde à me lancer quand c'est le cas.

J'étais donc ravie de lire Quintland de Fred DuPouy qui m'a permis de me plonger dans les années 30 pour découvrir l'histoire poignante (et terrible) de ces cinq petites filles devenues des bêtes curieuses bien malgré elles.

Une vie hors du commun et un destin terrible pour ces quintuplées dont les moindres faits et gestes ont été suivis par des millions de personnes. Stupéfiant et effrayant.

 

#QuatrièmeDeCouv'

 

"Quintland a tout d’un parc de loisirs. Les touristes s’y bousculent, on s’y rend en famille ou lors d’une excursion scolaire, plusieurs visites par jour sont organisées. Mais à Quintland, vous ne trouverez qu’une seule et unique attraction. Ce sont cinq petites filles que l’on peut regarder vivre derrière une vitre sans tain. Cinq petites filles isolées, surmédiatisées, éloignées de leurs parents. Elles sont les premières quintuplées de l’histoire à avoir survécu. C’était au Canada, en 1934. Quintland, le « Pays des Quintuplées », a existé pour de vrai."

 

 

#TheDionneShow

 

L'histoire des quintuplées Dionne aurait pu être écrite ou inventée. Malheureusement, elle est bien réelle, trouble et obscure. C'était effectivement le sujet parfait pour écrire un roman. Fred DuPouy l'explique lui-même, il s'est inspiré de la réalité et en donne sa version, s'appuyant sur les éléments de l'époque qu'il a pu collecter. 
Cela n'a pas dû être aisé car en faisant quelques (modestes) recherches de mon côté, j'ai fini par m'embrouiller sur tout ce qui se dit sur ces fameuses quintuplées. Difficile de démêler le vrai du faux. Ce qui est sûr, c'est que tout ce qu'on les a obligées à faire et tout ce qu'elles ont vécu les ont rendues profondément malheureuses, les empêchant de vivre leur vie.

Et lire le roman de Fred DuPouy permet de le comprendre. C'est à la fois passionnant mais aussi affligeant.

L'auteur a pris le parti de mêler plusieurs voix : celle Yvonne, l'aînée des quintuplées, celle d'une autre Yvonne, l'une des infirmières qui s'occupe d'elles et qui nous livre son témoignage à travers certains passages de son journal de l'époque (vrais extraits) et puis celle d'Alice, personnage fictif, fascinée par l'histoire des soeurs Dionne.

Le reste du récit décrit de façon plus neutre et froide le quotidien sous contrôle de ces petites filles. On y découvre les agissements d'Oliva Dionne, le père, et du docteur Dafoe qui se sont battus pour "le bien" des fillettes. Les deux n'ont cessé de décider pour elles, pensant les protéger en vain, dépassés par l'ampleur du phénomène.

Pour nous lecteurs, au fur et à mesure du livre, ce qui saute aux yeux, c'est que dès leur naissance, ces petites filles ont été enfermées, exposées, surprotégées et au final maltraitées car coupées de la réalité et privées de leur liberté d'agir, de penser, de s'exprimer et de bouger. On prend aussi la mesure de tous les enjeux financiers autour de leur image qui s'est monnayée à prix d'or. Elles ont été au coeur d'un vrai business et générées des millions de dollars, sans qu'elles puissent elles-mêmes en profiter.

Les fillettes ont vécu en vase clos. Elles n'avaient que peu de contacts avec l'extérieur. 

Tout ce qu'elles faisaient (qu'on leur faisait faire), c'était uniquement pour servir l'intérêt des uns ou des autres mais jamais vraiment pour le leur. On les a utilisées. Elles n'ont jamais eu le choix. C'est terrible et très triste.

Le roman retrace leurs quinze premières années, celles qui ont été le plus médiatisées. En effet, au moment de leur adolescence, la foule et les médias se sont un peu désintéressées d'elles, les laissant traumatisées par cette vie complètement déshumanisée, coupée de leur vraie famille qui après tout ce temps passé loin d'elles n'avaient pas appris à les aimer. Elles ont été rejetées et autrement exploitées.

On quitte Quintland avec un goût amer sur le triste constat que le goût du spectaculaire ne date pas d'hier. Affligeant.

Au final, j'ai beaucoup aimé ce roman qui m'a permis de découvrir une histoire étonnante à laquelle je n'avais pas eu l'occasion de m'intéresser. Fred DuPouy réussit à donner les différents points de vue de tous les protagonistes de cette histoire. Il ne prend pas réellement parti, ce qui, je trouve n'était pas évident dans cette affaire. Il décrit les agissements de chacun et il est parfois difficile de savoir si certaines décisions prises pour les quintuplées étaient ou non malintentionnées.

C'est tout le paradoxe de cette histoire : à vouloir trop protéger les petites filles, on les a complètement détruites.

Cinq enfances volées, cinq adolescences abîmées pour cinq vies brisées. 

 

 

#PourQui?

 

Pour ceux et celles qui aiment les histoires vraies.
Pour ceux et celles qui aiment les histoires familiales compliquées.

Pour tous et toutes à partir de 13 ans.

Auteur
Editeur
Public
Date de sortie
Nombre de pages
249
Prix
15.95 €
Langue
Français

#VosCommentaires

#OnContinue ?

Le génie de la lampe de poche
Un excellent Pépix servi par une excellente auteure : Emilie Chazerand (La fourmi rouge chez Sarbacane)
#humour, #vacances, #magie
Droit devant Droit devant

"Le pire truc quand tu grandis, c'est de t'apercevoir petit à petit de toute la laideur autour de toi.

C'est comme ces jeux à gratter que tu achètes au bureau de tabac. Ils sont recouverts…
#droitdevant, #emmanuellerey, #samir, #prixcendres

Picnic japonais Picnic japonais (Pikunikku)

"Ceci n'est pas un journal de voyage, ni un guide.

C'est mon voyage au Japon. Ce que j'y ai vu, entendu, découvert, vécu et mangé au cours des six mois de mon séjour.

Monika."


#japon, #culture, #découverte
Amélia Fang et le bal barbare
"Que c’est barbant, un Bal barbare !" En tout cas, barbant, ce roman, lui, ne l'est pas.
#ameliafang, #lauraellenanderson, #casterman
Gorilla Girl Gorilla Girl

"Il enfile les palmes et règle quelque chose sur son masque.

- T'es sûr, mec? insiste Sylvain. C'est pas hyper prudent...

Le mot provoque une drôle de réaction chez Octave.


#gorillagirl, #sarbacane, #exprim, #anneschmauch
Grand Chat Petit Chat
Une histoire de chats pour apprendre à grandir à tous les petits chatons...
#grandchatpetitchat, #silviaborando, #littleurban, #album
Claude et Morino
« - Bonjour. Je m’appelle Claude et je crois que vous m’avez fait pipi dessus. - Haaan, pardon je suis désolé. - Non non, c’est rien. C’est juste que ça m’a réveillé. »
#claudeetmorino, #adrienalbert, #ecoledesloisirs
Camille contre les cauchemars
"Tu sais... Les adultes pensent que tu n'existes que dans ma tête."
#camillecontrelescauchemars, #emilytetri, #casterman
Le Gang des Vieux Schnocks Le Gang des Vieux Schnocks

"- Victor, vous avez quelque chose contre les vieux. Ca tourne à l'idée fixe ! lança Gisèle, agacée.
- Moi? s'indigna Victor. Vous n'avez rien compris ! C'est cette société pourrie qui est…
#legangdesvieuxschnocks, #florencethinard, #gallimardjeunesse, #scripto

Laurent le flamboyant
"Bon sang de bois, de bon bois de sang!" Encore un coup de coeur aux éditions MeMo...
#laurentleflamboyant, #karenhottois, #juliawoignier, #memo, #petitepolynie