Rattrapage

"Il est toujours là. Et il me regarde. Il détourne les yeux dès qu'il voit que moi aussi, je le regarde, mais oui, oui, il m'a vue. Il se souvient de moi. Bien sûr qu'il se souvient de moi. Au fond, je le savais bien."
#VincentMondiot

 

Si vous n'avez pas lu Nightwork paru en 2017 chez Actes Sud Junior et que vous aimez les romans qui dérangent, je vous invite fortement à le lire. Croyez-moi, vous serez largement servis.

Vincent Mondiot a son univers bien à lui et sait nous y faire entrer coûte que coûte en nous mettant face à une réalité qui perturbe, qui provoque et qui met mal à l'aise (oui, tout ça!). 
Ici, avec Rattrapage, il nous livre à sa façon, crue et brute mais très juste, les pensées les plus intimes d'une adolescente populaire qui attend de passer au rattrapage du bac. Elle n'y pensait plus mais elle l'aperçoit, lui. Et avec lui, tout refait surface. L'attente semble propice à la faire méchamment cogiter. 

Nous, lecteurs, allons alors assister à une lente remontée des souvenirs et à la tardive mais brutale prise de conscience de cette lycéenne face à ses actes, lourds de conséquences. 

 

#QuatrièmeDeCouv'

 

"Je veux dire, on ne faisait rien de mal, n'est-ce pas? On s'amusait juste. Après tout, ces débiles n'avaient qu'à remonter leurs pantalons et s'acheter une foutue crème pour l'acné, non? Au final, c'était presque pour leur bien, ce qu'on faisait, pour les motiver à se prendre en main ! Vous n'êtes pas d'accord ?

Nous on l'était tous.

Jusqu'à cet hiver."

 

#IntimitéDévoilée

 

Pour commencer, je voudrais juste dire que déjà, lire un titre de la collection D'une Seule Voix n'est pas sans risque. On le sait, bien souvent, on en ressort complètement chamboulé.

Boom de Julien Dufresne-Lamy, Une fille de... de Jo Witek, A la dure de Rachel Corenblit, Le voyage immobile de Valentine Goby, La piscine était vide de Gilles Abier... la liste est longue et l'émotion toujours au rendez-vous.

Cette remarquable collection accueille Vincent Mondiot et cela semble tout naturel. Comme si sa place était prête et qu'il n'avait plus qu'à la prendre. Une évidence.

Son histoire est courte, dans un souffle, comme le veut le principe de cette collection.
Ici l'héroïne attend de passer au rattrapage du bac. Stressée mais sans plus, elle attend. Ce n'est pas une jeune fille qui doute. Jolie, admirée et populaire, la vie est plutôt facile pour elle. Elle ne se pose habituellement pas trop de questions.
Et puis, elle aperçoit un de ses anciens camarades de lycée. Pas n'importe lequel. Il est arrivé quelque chose à ce jeune homme. Petit à petit, la lycéenne va dérouler son histoire qui en quelque sorte est liée à celle de ce garçon qu'elle connaît pourtant mal. Il y a eu un événement grave et jusque là, elle n'y avait plus trop repensé. Elle n'avait sans doute pas trop voulu le faire. Mais là, dans l'attente de son passage, elle est seule face à lui mais aussi face à elle-même...

C'est fou mais Vincent Mondiot sait nous parler de l'adolescence à la perfection et la voix de son héroïne sonne juste tout comme ses préoccupations. Cela peut sembler dur par moments, mais après tout, au coeur de l'intime, il est bien normal qu'il n'y ait pas de filtre. C'est vulgaire, c'est méchant mais c'est surtout très réaliste. Si. 
L'auteur réussit vraiment à nous mettre dans la tête de la jeune fille, le temps de ces quelques instants, de cette attente obligée.
Je n'étais pas une lycéenne aussi populaire (non, loin de là) mais cette façon d'être, de juger et de faire du mal m'a douloureusement rappelée que l'adolescence, c'est aussi ça. 

Et puis il y a le fond. Ce qui fait la tension de cette histoire. Ce qui hante l'héroïne et qui refait surface alors que peut-être, si elle n'avait pas revu ce jeune garçon, ne serait pas ressorti. Pas comme ça. 
Vincent Mondiot nous parle comme lui seul pouvait le faire (très bien) d'un sujet qui ne cesse de faire l'actualité. Et il le fait différemment de ce que j'ai pu lire jusqu'à présent : de l'intérieur. ll le fait de façon détournée, indirecte comme si ce n'était pas vraiment ça le sujet. Mais si.

La quatrième de couverture en dit beaucoup. Moi, je ne veux pas vous dévoiler trop car même si on s'en doute rapidement, c'est important, je trouve, de le découvrir au fur et à mesure. J'avais pour ma part une version sans résumé et de fait, je ne savais pas de quoi cela parlait. J'ai apprécié.

Comme le veut cette collection, pas de chapitre mais ici, Vincent Mondiot y introduit des "tableaux". Comme dans un film, le jeune fille se repasse les scènes plus ou moins marquantes de sa vie et leur donne à chacune un nom : "Dernier été d'une adolescente", "Fermez tous vos gueule", "La fille est en plein délire"...  Mais elle le dit elle-même : "La vie ne ressemble jamais aux films. Tout y est sale et douloureux et sans aucune importance ni aucun sens." 

Bref. J'ai adoré.

J'avais déjà acquis la certitude que le talent de Vincent Mondiot était grand, Rattrapage n'a fait que le confirmer et enfoncer le clou, profondément. 

 

#PourQui?

 

Pour ceux et celles qui aiment les histoires d'ados.
Pour ceux et celles qui aiment les histoires sans filtre.
Pour ceux et celles qui aiment les sujets difficiles.
Pour ceux et celles qui aiment les textes courts mais intenses.

Pour tous et toutes à partir de 15 ans.

#ALODGA

 

Retrouvez aussi l'avis de Pépita du blog Méli-Mélo de livresICI

Rattrapage
Détails du livre
Collection: 
Public: 
Date de sortie: 
03 avril 2019
Prix: 
9.80€
Nombre de pages: 
80
Langue: 

Français

Abonnement

Envie de recevoir les nouveaux articles ?

#Abonnez-vous !

Commentaires

#OnContinue ?

L'été où j'ai vu le tueur L'été où j'ai vu le tueur
" La lumière de la cave s'est éteinte, me plongeant dans des ténèbres épaisses et glacées. J'ai lâché ma lampe en poussant...
#leteoujaivuletueur, #clairegratias, #lerouerguejeunesse, #doadonoir
Livre blanc Little Urban
Little Urban a fait un sacré chemin depuis ses débuts. L'éditeur a su imposé sa patte dans le secteur jeunesse grâce à des albums bien...
#littleurban, #123onesttousdescats, #lelivreblanc
La révolte des animaux moches La révolte des animaux moches
"La mocheté est une question de perspective : tout dépend comment on regarde."
#larevoltedesanimauxmoches, #lerouergue, #collinepierre, #annelisecombeaud, #dacodac
Illustration Moi HashtagCéline
Un blog? Encore un! Oui mais bon, c'est pas pareil, c'est le mien...
Titan noir Titan noir
Florence Aubry est une autrice que j'aime beaucoup. Titan noir, comme je m'y attendais, m'a beaucoup remuée.
#titannoir, #florenceaubry, #lerouergue, #orque, #mauvaistraitement, #parcaquatique