Le cercueil à roulettes

Soumis par HashtagCeline le mar 18/02/2020 - 21:27
"Mes premiers pas sont saccadés. Tout mon corps est douloureux. Je n'irai pas très loin aujourd'hui, mais je dois m'éloigner. Il faut sortir de la nuit. Je mange une banane. La route est en légère descente. La caisse ne pèse rien. Je me retourne et regarde le bolide pour croire à ce que j'ai fait, saisi par une soudaine envie de rire."
#AlexandreChardin

 

Il y a chez Alexandre Chardin un petit grain de folie, un petit je-ne-sais-quoi qui donne à ses romans une saveur particulière.

J'avais lu précédemment Ma fugue dans les arbres (Magnard, 2019) que j'avais vraiment beaucoup aimé. Loufoque et sensible, ce texte m'avait beaucoup touchée et en même temps un peu déroutée.

Déroutée, je le suis aussi après ma lecture de son nouveau livre qui s'adresse à des ados : Le cercueil à roulettes.

Déroutée, certes, mais conquise car l'auteur n'a pas son pareil pour nous parler des choses de la vie, même quand il s'agit de la mort.

 

#QuatrièmeDeCouv'

 

"Gabriel a pris la route un matin, sans parents pour le retenir.
Il marche seul et, à son passage, on s’interroge. Qui est cet adolescent vagabond ? Que cache-t-il dans son étrange caisse à roulette, plus grande que lui ?
De fermes en villages, de villages en forêts, de bitumes des départementales aux courants de la Loire… un pas après l’autre, Gabriel poursuit une quête insensée dont il garde le secret. Mais sans qu’il l’ait prévu, ce sont les rencontres qui vont finalement le guider."
 

#EnterrerLePassé

 

Je pense que ce texte pourra heurter la sensibilité de certains ou certaines. Clairement. Il faut quand même dire que l'auteur y va fort.

Si on résume grossièrement, on pourrait dire que "c'est l'histoire d'un gars qui trimballe le corps de sa mère dans une voiture à pédales."

Alors dit comme ça, c'est juste effrayant. Et complètement hallucinant, non?

Mais en réalité, de ce postulat de départ, Alexandre Chardin, avec tout son talent, nous entraîne dans une aventure humaine extraordinaire sur les chemins du deuil. Ce voyage insensé jalonné de rencontres improbables va aider Gabriel, le héros, à comprendre beaucoup de choses, accepter la mort de sa mère et trouver un certain apaisement.

Car il en a bien besoin. Le jeune homme souffre et il est en colère. Il faut dire qu'il a toutes les raisons du monde de l'être: la disparition de sa mère, la trahison de son père lui aussi décédé et cette décision, dernière volonté incompréhensible et inacceptable pour lui : sa mère veut être enterrée à côté de son ex-mari, ce père que Gabriel a désavoué.

De cette colère va naître une idée folle : sa mère doit reposer ailleurs. Le jeune homme va y veiller. Ce projet prend forme et devient obsessionnel. Alors il prépare son expédition, en secret de certaines personnes, avec l'aide d'autres.

Tout est enfin prêt. De nuit, Gabriel déterre le cercueil de sa maman, le cache dans ce véhicule bricolé et il part, traînant derrière lui son fardeau et sa peine. 

Une fois sur la route, il va se mettre en quête de l'endroit parfait pour que sa mère repose en paix ou du moins loin de celui qui a fait tant de mal à leur famille. Le périple qui s'annonce semé d'embûches va aussi être l'occasion de réfléchir et de s'ouvrir aux autres.

Car, clairement, la puissance de ce roman, au-delà de la gravité du sujet, émane de toutes ces rencontres : des hommes, des femmes, des adolescents, des enfants... Toutes différentes, elles vont apporter un soutien précieux à Gabriel dans sa folle entreprise. Chacune d'elle lui permet de continuer à avancer au sens propre (manger, se reposer, se laver...) comme au figuré. On y découvre des gens qui ne vont pas hésiter à ouvrir leur porte et leur coeur à Gabriel qu'ils ne connaissent pas. Tous et toutes ont quelque chose à nous raconter ou à nous faire partager.

Au fur et à mesure, le jeune homme grave, à côté de celui de la défunte, les noms de ses ami.e.s de passage sur son funeste bolide dont personne ne soupçonne le chargement lourd et terrible. Peut-on seulement l'imaginer ?

J'ai vraiment été très émue par tous ces personnages que l'on croise au fil de l'histoire. Alexandre Chardin propose une galerie de portraits touchante.

Finalement, il y a beaucoup de bienveillance, très peu de violence. Cette aventure qui aurait pu être glauque est très lumineuse. Oui, je suis sûre que vous doutez. Mais non. Je vous assure qu'en le lisant vous comprendrez.

C'est un récit comme j'ai rarement eu l'occasion d'en lire. C'est un roman qui demande peut-être un peu de laisser-aller pour ne pas s'arrêter au côté incroyable et morbide(oui quand même) de l'histoire. Car il y a beaucoup de beauté malgré la terre, la mort et les larmes.

Alexandre Chardin a fait un pari osé en écrivant Le cercueil à roulettes mais, pour moi, c'est un pari gagné.

 

#PourQui?

 

Pour ceux et celles qui n'ont pas peur de parler de la mort.

Pour ceux et celles qui aiment les voyages atypiques.

Pour ceux et celles qui aiment les belles rencontres.

Pour tous et toutes à partir de 14 ans.

 

Coup de cœur !
Editeur
Public
Date de sortie
Nombre de pages
384
Prix
15.00 €
Langue
Français

#VosCommentaires

#OnContinue ?

Monsieur Pingouin Le trésor perdu
"Monsieur Pingouin était un pingouin. Un simple coup d'oeil permettait d'en avoir le coeur net. Car Monsieur Pingouin ressemblait...à un pingouin."
#monsieurpingouin, alextsmith, #castorromans, #flammarionjeunesse
Le courage d'être moi
« Dans Manon, il y a NON, et tout de suite, j’ai compris que Manon savait dire NON, qu’elle pouvait tenir tête à n’importe qui. »
#lecouragedetremoi, #mariannerubinstein, #nathan, #lefeuilletondesincos
Éden
"(....) elle a l'air de me prendre pour une demi-folle, mais l'essentiel c'est qu'elle me croie sincère. Pas une complète mytho qui veut faire genre. Genre quoi, je n'en sais rien, mais je me…
#eden, #rebeccalighieri, #ecoledesloisirs, #mediumplus
Broken things Broken things

“- Je croyais qu’on ne jouait plus à ça, me suis-je étonnée.

Elle a levé vers moi ses grands yeux bleus, des yeux dans lesquels se noyer.…
#brokenthings, #laurenoliver, #albinmichel

226 bébés
"Bert n'avait plus une minute à lui. Jour et nuit, il était en train de nettoyer une paire de fesses, essuyer un nez, tapoter un dos, préparer un biberon, confisquer une paire de ciseaux, chanter une…
#226bebes, #florevesco, #stephanenicolet, #didierjeunesse, #monmarquepageplus
Télévizor
"Mon nom est Noémie Nombre, et ça fait un an jour pour jour que je guette la réapparition de mon papa."
#televizor, #stephanegisbert, #miozlamine, #sarbacane, #pepix
Proxima du centaure
“En plus, il était huit heures sept, l’heure de sa naissance à six minutes près". Ma mère est appliquée, patiente, généreuse. Elle précise l’horaire de ma chute à chaque visiteur. Je n’ai pourtant…
#proximaducentaure, #clairecastillon, #flammarionjeunesse, #amour, #hopital, #accident, #famille
Kong-Kong Le singe sur le toit
Une amitié hors du commun pour une BD qui l'est aussi !
#kongkong, #vincentvilleminot, #yannautret, #casterman, #bd
Dry
"Ce n'est pas que je veuille souffrir davantage, mais je suis déçue par les gens -leur faiblesse d'esprit et de caractère. Il aura suffi d'une pénurie d'eau pour les transformer en meurtriers…
#dry, #collectionr, #nealshusterman, #jarrodshusterman, #eau
La fille sans nom La fille sans nom

"Je me déteste moi. Oh, qu'est-ce que je me déteste ! Je ne suis qu'une fille sans nom, une esclave sans maître. Je manque de tout, même de courage et je n'ai rien. Je ne suis rien."…
#lafillesansnom, #maellefierpied, #lecoledsloisirs, #mediumplus