L'homme qui voulut peindre la mer et autres nouvelles

Soumis par HashtagCeline le jeu 30/08/2018 - 15:28
Sept nouvelles qui nous plongent au coeur d'histoires comme je les aime : fantastiques et déconcertantes.
#DesNouvellesDeLaMer

 

J’aime beaucoup les nouvelles. Plus jeune et notamment durant mes études, j’en ai beaucoup lues.

Depuis que je me suis mise presque exclusivement (enfin, on peut enlever le “presque”) à lire de la jeunesse (au sens large du terme), cela se fait plus rare. Pas que le domaine n’en propose pas mais ce n’est pas non plus ce qui paraît le plus régulièrement. Et de fait, j’étais un peu passée à côté de ce titre de Tristan Koëgel. Je suis bien contente que les éditions Didier Jeunesse m’aient permis de le découvrir.

Je me suis vraiment délectée de ces sept nouvelles toutes différentes, surprenantes et étrangement passionnantes.
 

#DidierJeunessePrésente

 

"A Gibraltar, une pâtissière ensorcelle ses clients avec des gâteaux.
A Cadaqués, un enfant naît de l’union d’une sirène et d’un homme.
A Marseille, une coiffeuse est face au cadavre de son patron.
Et à Raguse, un homme souhaite emprisonner la mer sur sa toile…

Sept récits traversent ainsi les époques et la Méditerranée, comme autant de visions vibrantes et fantastiques où se jouent des destins, des terreurs, des désirs."
 

#MerAgitée

 

Parler d’un recueil n’est pas forcément évident. On peut parler de l’ambiance qui s’en dégage, des points communs ou des thèmes abordés mais étant donné que l’on est sur du récit court, il est difficile de faire un résumé de chaque nouvelle. Et puis, c'est mieux de garder un petit effet de surprise, non?

Tristan Koëgel nous fait voyager dans le temps, dans le monde mais aussi entre le réel et le fantastique. Il a pris pour sujet la mer. Elle n’est pas au coeur de toutes les intrigues mais les histoires qu’il nous a concoctées y font toujours allusion de loin ou de près, voire de très près.

Ici, la mer obsède, passionne, rend fou, attire, et peut même parfois tuer. Les héros de ces histoires cruelles et étranges vont en faire l’amère expérience.

Ce que j’ai aimé, c’est ce côté fantastique qui s’immisce là où on ne s’y attend pas. Et par dessus tout, ces dénouements que l’on redoute, que peut-être on présuppose sans trop vouloir y croire et qui nous saisissent d’effroi et nous laissent un peu hébétés une fois le récit achevé.

On y parle d’un peintre obsédé par la mer (dans la nouvelle qui donne son titre au recueil), d’une pâtissière à la cuisine envoûtante dans Nec plus ultra, d’un enfant pas comme les autres dans Mon papillon dans l’estomac, d’un accident malencontreux dans un salon de coiffure dans La mise en pli, d’une traversée dangereuse dans La Harga, de la convoitise des hommes dans La cadeau de la méduse et d’une grande et terrible exploration maritime dans L’obstination de Makarios.

L’auteur sait y faire. Il nous promène de-ci, de-là autour de cette Méditerranée mystérieuse et chargée de légendes et de mythes encore vivaces. Est-ce la réalité? Est-ce un rêve? Ou bien un cauchemar...?

L’ensemble est très diversifié et en même temps très homogène. La mer Méditerranée est le point commun qui relie les histoires les unes aux autres. Mais il n’est que le point de départ, le prétexte pour réunir ces récits extraordinaires et fantastiques. 
Si j’en ai préféré certaines(les quatre dernières), j’avoue que l’ensemble m’a vraiment convaincue et que j’ai pris plaisir à découvrir chacune des nouvelles. 

Ce recueil possède aussi un autre point fort ; c’est très documenté. Tristan Koëgel nous agrémente ses récits de faits bien réels et nous apprend beaucoup de choses, tout en nous divertissant ou nous faisant frissonner...

Il est vrai qu’il y a un petit quelque chose de Maupassant et son Horla, d’Edgar Allan Poe et ses nouvelles fantastiques. On est dans un registre similaire. C’est tellement plaisant de retrouver un peu cette ambiance ! Je me suis régalée, de façon un peu perverse ma foi mais bon... De temps en temps, il n'y a pas de mal, si?  

Je ne sais pas si l’auteur renouvellera l’exercice mais je l’espère car c’est une réussite !
 

#PourQui?

 

Pour ceux qui aiment la mer.

Pour ceux qui veulent lire un genre différent.

Pour ceux qui aiment les histoires qui finissent parfois mal.

Pour ceux qui aiment les histoires fantastiques.

Pour ceux qui aiment les nouvelles. 

Pour tous à partir de 14-15 ans

Editeur
Public
Date de sortie
Nombre de pages
256
Prix
14.90 €
Note
8
Langue
Français

#VosCommentaires

#OnContinue ?

Dépasse-toi Léa !
Une autrice que je découvre grâce aux réseaux sociaux !
#depassetoilea, #edithdeprendez, #editionsduvenasque
Cette nuit-là Cette nuit-là

“C’est la nuit qui me guette et suit les empreintes de mes pas.
C’est me dire que je pourrai plus jamais être refermé.
C’est le bruit du verre qui se brise.
C’est les autres, c’…
#cettenuitla, #aureliemasse, #slalom

Comment on fait les bébés?
"Qui saura répondre à cette question?" Euh... Pas les parents de cette histoire apparemment.
#commentonfaitlesbebes, #isabellejameson, #maudlegrand, #les400coups, #grimace
Faites attention à moi Faites attention à moi

“Je ne veux pas ouvrir les yeux. J’ai peur de ce que je vais voir. Ou plutôt, de ce que je ne vais pas voir. De qui je ne vais pas voir.”


#faitesattentionamoi, #alyssasheinmel, #casterman, #letsread
J'aimerais
"Aux rêves qui permettent de changer le monde !"
#jaimerais, #stephaniedemassepottier, #gerarddubois, #letageredubas, #album
Le Gang des Vieux Schnocks Le Gang des Vieux Schnocks

"- Victor, vous avez quelque chose contre les vieux. Ca tourne à l'idée fixe ! lança Gisèle, agacée.
- Moi? s'indigna Victor. Vous n'avez rien compris ! C'est cette société pourrie qui est…
#legangdesvieuxschnocks, #florencethinard, #gallimardjeunesse, #scripto

Roland Léléfan se déguise Roland Léléfan se déguise

"Roland n'est pas un éléphant comme les autres...
Question déguisement, nul ne peut l'égaler !"


#rolandlelefansedeguise, #rolandlelefan, #louisemezel, #lajoiedelire
Le bungalow a des crocs
" Les vacances commençaient pourtant bien pour mon frère, mes cousins et moi. À la location d’été, il y avait même un bungalow rien que pour nous ! On allait pouvoir rigoler jusqu’à pas d’heure avec…
#lebungalowadescrocs, #annabellefati, #qinleng, #sarbacane, #exprim
Falalalala
" Ce qu'il aurait voulu dire, c'est qu'elles ne sont pas que petites. Pas que difformes ou étranges ou anormales. Ça veut dire quoi, ça, d'ailleurs, "anormal"? Elles sont justes compliquées,…
#falalalala, #emiliechazerand, #sarbacane, #exprim
Parce que
"Pourquoi l'océan est bleu? Tous les soirs, quand tu t'endors, les poissons sortent leurs guitares. Ils jouent des chansons tristes et versent des larmes bleues."
#parceque, #isabellearsenault, #macbarnett, #littleurban