Nos mains en l'air

Soumis par HashtagCeline le mer 16/10/2019 - 22:09
"- Je n'ai jamais rencontré d'autres gangsters, mais je suis à peu près sûre que vous êtes le plus mauvais cambrioleur de l'univers."
#L'AventureEnVoiture!

 

Nos mains en l'air... Un titre poétique qui fait habilement référence aux deux héros de cette histoire.

Pour Victor, 21 ans, il fait écho à l’activité professionnelle très particulière de sa famille : les braquages. Si jusqu’à présent, le jeune homme s'est soumis à l’autorité paternelle en acceptant de participer à l’affaire familiale, il aimerait aujourd’hui faire autre chose de sa vie. Toute cette violence lui est devenue insupportable.

Pour Yazel, 12 ans, c'est une allusion à son handicap. Elle est sourde. Ses mains, elle les fait virevolter pour s’exprimer, même si elle n'utilise plus autant la LSF depuis qu'elle vit chez sa tante Odile, une femme froide et rigide. Yazel regrette tant que ce soit elle qui l'ait recueillie à la mort de ses parents...Faire son deuil aurait été moins douloureux si elle avait pu rester auprès de ses grands-parents.

Il n’y avait a priori aucune chance ou presque que les routes de Yazel et Victor se croisent. Et pourtant, Victor reçoit l’ordre d’aller effectuer un cambriolage dans une riche maison d'Angers. L’adresse indiquée est celle de Yazel. C’est le soir et la jeune fille est seule, dans son lit. Elle accueille Victor, le malfaiteur, avec une décontraction et un naturel qui le désarment.

De façon toute aussi surprenante mais spontanée, elle lui demande de l'emmener avec lui, loin de cet endroit où elle ne se sent pas chez elle. Victor, décontenancé par l'aplomb et l’étonnante personnalité de Yazel, est profondément touché. Il accepte.

Sans vraiment réfléchir aux conséquences, ils prennent quelques affaires, un peu d'argent à Odile, montent dans la Peugeot rouge de Victor, direction la Bulgarie pour y disperser les cendres des parents de Yazel.

Ce voyage improvisé et un peu fou est peut-être aussi le seul moyen de sauver ces deux âmes en peine.

“-Et toi, tu as peur? lui demande Victor.

Elle hausse les épaules l’air tranquille.

-On s’en fiche, c’est l’aventure!"

Nos mains en l'air est effectivement le récit d’une aventure hors du commun. Si le voyage imaginé par Coline Pierré peut sembler invraisemblable, on y croit pourtant tout de suite. Pourquoi ? Parce que Victor et Yazel, les deux acteurs de ce road trip pas comme les autres, sont vraiment attachants.

Enfermés dans une existence qui ne leur correspond pas, auprès d’une famille qui ne les comprend pas, ils sont clairement en manque d’amour. C’est très touchant de les voir, ensemble, apprendre à se connaître, être là l’un pour l’autre tout en tentant de trouver un nouveau sens à leur vie malgré l’absurdité de la situation dans laquelle ils se trouvent. C’est cette relation si particulière entre les deux héros qui donne toute son intensité à ce roman. Plus fort que de l’amitié, entre eux, c’est de l’amour, pur et vrai. Yazel et Victor, c’est une évidence, malgré toutes leurs différences.

L’autre aspect percutant de ce texte est la façon dont la surdité est abordée : avec un mélange de pudeur et de franc-parler. Comme Victor, auprès de Yazel, on en apprend énormément sur le sujet et sur ce que cela implique de pas entendre le monde qui nous entoure.

Avec Nos mains en l’air, l’autrice nous livre un roman plein d’optimisme, de générosité, d’humanité, de justesse, d’émotion et d’humour. Un beau voyage qui, pour moi, restera inoubliable.

 

#PourQui?

 

Pour ceux et celles qui aiment les histoires d'amitié envers et contre tout.

Pour ceux et celles qui rêvent de tailler la route.

Pour ceux et celles qui veulent en savoir plus sur le monde de ceux qui parlent avec leurs mains.

Pour ceux et celles qui aiment les belles histoires.

Pour tous et toutes à partir de 13-14 ans.

 

Collection
Editeur
Public
Date de sortie
Nombre de pages
304
Prix
14.80 €
Langue
Français

#VosCommentaires

#OnContinue ?

Le Petit Prince de Harlem
"Des clubs de jazz aux guerres de gangs : bienvenue dans le Harlem des années 20."
#lepetitprincedeharlem, #mikaelthevenot, #didierjeunesse
La maison sans sommeil Hanté

À ne surtout pas lire la nuit... Vous êtes prévenus.


#hante, #monamiedusoussol, #lamaisonsanssommeil, #benoitmalewicz, #rolandauda, casterman
Flore Vesco
Quand j'ai lu De cape et de mots, son premier roman, j'ai eu une révélation. Je suis tombée amoureuse de sa façon d'écrire et de raconter les histoires. Louis Pasteur contre les loups-garous, son…
#florevesco, #didierjeunesse, #aventure, #histoire, #fantastique, #humour, #loups-garous, #science, #roi, #cour
L'Estrange Malaventure de Mirella
"Soyez sages et pieux, et jamais vous ne poserez les pieds sur les pavés brûlants qui mènent aux portes du Diable. L'enfer est réservé aux meurtriers, aux voleurs, aux assassins et aux femmes…
#lestrangemalaventuredemirella, #florevesco, #mediumplus, #ecoledesloisirs
La fille sans nom La fille sans nom

"Je me déteste moi. Oh, qu'est-ce que je me déteste ! Je ne suis qu'une fille sans nom, une esclave sans maître. Je manque de tout, même de courage et je n'ai rien. Je ne suis rien."…
#lafillesansnom, #maellefierpied, #lecoledsloisirs, #mediumplus

Partis sans laisser d'adresse
J'ai presque pleuré de joie en le découvrant et j'ai tout stoppé pour le commencer. C'est l'effet Susin Nielsen.
#partissanslaisserdadresse, #susinnielsen, #helium
Lionel et le perroquet
"Ne pleure pas, Joubert. On t'aime même si tu parles comme un vieux camembert."
#lioneletleperroquet, #ericveille, #actessudjunior, #lionel
L'invention du dimanche L'invention du dimanche

“Polly a le cafard. C’est normal, c’est dimanche après-midi.”


#linventiondudimanche, #colinepierre, #estellebillonspagnol, #minipoulpe, #poulpefictions
Le canard le plus paresseux du monde et autres incroyables records
"Au cours de la rédaction de ce livre, [les auteurs] ont consommé 4978 sandwichs au bacon et bu 9983 bols de chocolat chaud."
#lecanardleplusparesseuxdumondeetautresincroyablesrecords, #johnyeoman, #queninblake, #littleurban, #premiersromans
L'autre soeur
Un roman dont le résumé m'a tout de suite fait penser à Perdue et retrouvée de Cat Clarke mais aussi à La double vie de Cassiel Roadnight de Jenny Valentine...
#lautresoeur, #cylinbusby, #milan, #disparition