En émois

Soumis par HashtagCeline le lun 14/09/2020 - 09:48

"Des coups d'épaule et de poings sur ce foutu morceau de cuir.

Des larmes roulent. Il ne voit plus rien maintenant.

La sueur coule en ruisseaux le long de son corps fiévreux.

Les sanglots coincés dans la gorge s'échappent.

Cris ou pleurs. Peu importe.

Il n'est plus que rivière."

#LectureInopinée

Je n'avais pas spécialement prévu de lire ce roman.
J'avais pourtant vu passer sa couverture sans jamais vraiment y prêter plus d'attention.
Et puis, à la médiathèque, je l'ai eu physiquement entre les mains (j'aime mon boulot pour ça, voir les retours des lecteurs et lectrices, découvrir des titres sur lesquels je n'ai pas forcément pris le temps de m'attarder...).
Et là, je suis tombée sous le charme car ce livre est beau. Le titre est poétique et attirant. La couverture, signée Cyril Pedrosa (oui, quand même) est juste sublime. Et puis l'intérieur réserve aussi des surprises avec son jeu de couleurs et ses illustrations cachées.
Alors je l'ai commencé. Et là, impossible de m'arrêter. Je l'ai lu d'une seule traite, séduite par l'objet puis très vite happée par l'histoire.

#QuatrièmeDeCouv'

"Dans les collines de Provence, au coeur de l'été.
Elle doit donner à boire aux bêtes, aider ses parents au magasin pour la saison touristique, garder son frère... Sa respiration à elle, c’est d’aller se baigner au lac avec ses amis. Mais au bord du lac, il y a un garçon. Lui, il voudrait avoir une chance de croire en ses rêves de volley. Et il bouillonne. Il est prêt à exploser. Il veut partir, loin du collège où il a trop subi la loi des harceleurs, et loin de sa famille, qui n’entend ni ses souffrances ni ses désirs. Et s’ils se croisent, ce ne sera pas sans friction..."

#ÉtéBrûlant

Ce roman se lit assez vite. Sa construction narrative jouant sur l'alternance des voix permet une rapidité de lecture, offre une grande fluidité et force l'envie de poursuivre, de savoir, de comprendre.
Il y a les moments que l'on passe avec Jeanne. Cette jeune fille qui se languit