Diabolo fraise

Soumis par HashtagCeline le ven 08/03/2019 - 14:18
"Elle ne pensait pas que l'adolescence se traversait forcément dans la douleur, à grands coups de pied au cul..."
#SabrinaBensalah

 

Même si mon souvenir est assez vague, je me souviens que j'avais vraiment aimé Appuyez sur étoile, le précédent roman de Sabrina Bensalah paru chez Sarbacane, même collection, en 2017.
J'ai adoré Diabolo fraise, véritable concentré d'adolescence au féminin (au sens large du terme) que j'aurais vraiment aimé lire à l'âge de Marieke ou de Jolène.
Sabrina Bensalah nous offre de très beaux portraits de jeunes filles, des sœurs, à des âges où le corps, l'esprit et la vie subissent de grands bouleversements.

Très raffraichissant, Diabolo fraise est à boire lentement pour en apprécier toutes les saveurs mais à consommer sans modération.

#QuatrièmeDeCouv'

 

Elles sont quatre soeurs, âgées de 11 à 18 ans.

Antonia, l'aînée, découvre qu'elle est enceinte.

Marieke, elle, découvre le plaisir, le flirt...et le beau Basile.

Jolène est un cas à part. Son rêve : avoir enfin ses premières règles, celles qui la feront devenir femme !

Judy, la benjamine, découvre le collège, où, comme à la maison, elle cherche sa place...

Entêtées et émouvantes, ces quatre soeurs vous feront voir la vie couleur Diabolo Fraise !

 

#QuatreSoeurs

 

Ce roman, je l'ai lu en quelques heures. Commencé en fin d'après-midi, il m'a tenu éveillée tard dans la nuit.
Pas à cause d'un suspense insoutenable, mais plutôt parce qu'une fois mis le pied (la tête et le coeur...) dedans je n'avais vraiment pas envie de quitter l'univers des quatre sœurs Martin. J'avais un peu l'impression de faire partie d'une nouvelle famille. 
Et j'avoue que finalement, je regrette presque de l'avoir lu aussi vite...
Bref.
Tout ça pour dire que je me suis vraiment beaucoup amusée en compagnie d'Antonia, Marieke, Jolène et Judy. J'ai aussi été très touchée. Je me suis revue à des âges différents, dans des moments de la vie par lesquels je suis moi aussi passée avec plus ou moins de difficultés.
En tant que femme, difficile de ne pas s'identifier à l'une ou l'autre des héroïnes. Difficile de ne pas être touchée par l'insolente innocence de Judy dont l'enfance prend fin, par les complexes et l'intelligence de Jolène qui se compare sans arrêt à son aînée, par les envies insatiables d'avoir envie et de se faire plaisir de Marieke mais aussi par la grossesse inattendue et la peine de coeur d'Antonia.

Sabrina Bensalah réussit un véritable tour de force en dépeignant différentes étapes de la vie d'une fille tout en évitant les caricatures. Elle y parle sans tabou de sexualité, du plaisir, de l'éveil des sens, des règles et même de fuites urinaires (ce passage lors du nouvel an chez Quentin... ) ! Tout est abordé, sans détour. Et qu'est-ce que ça fait du bien !! La vie, c'est ça aussi. Toutes ces petites choses inavouables et embarrassantes dont on n'ose pas toujours parler.

Mais Sabrinah Bensalah, elle, ose ! Franchement, par exemple, raconter l'arrivée des premières règles comme elle le fait est tout simplement jubilatoire. Et proche aussi de la réalité.

Ce roman est véritablement libérateur. Il donne aussi une bonne claque à toutes les idées reçues quelles qu'elles soient. Ce roman décomplexe !

Diabolo fraise donne envie d'être soi, de s'aimer tel ou telle que l'on est, de ne pas s'oublier dans le rapport à l'autre, de se découvrir (sur tous les plans) et de suivre son instinct.

Bref.

Et puis le style de Sabrina Bensalah, c'est l'enrobage acidulé parfait autour de tout ça qui offre à l'ensemble beaucoup d'humour grâce notamment aux dialogues de ses quatre héroïnes. En jouant sur la proximité du rapport entre soeurs, leur complicité mais aussi leurs rivalités, elle donne une grande profondeur aux personnages et à leurs relations. Ces quatre jeunes filles ont des problèmatiques et des caractères différents mais sont toutes aussi attachantes. Et ensemble, elles rayonnent !

Pour finir, j'ai beaucoup aimé la façon dont Sabrina Bensalah parlait de la place de chacune au milieu des autres. Dans une famille de filles uniquement, on se compare, on s'envie, forcément. Et tout cet aspect est également très bien traité.

Bref.
Tour à tour émue et amusée, ce Diabolo fraise m'a fait un bien fou.

Gros coup de coeur !

 

 

#PourQui?

 

Honnêtement, même si ce texte met en scène des jeunes filles et que sa couverture est couleur "fraise", il ne faut surtout pas imaginer le conseiller exclusivement à un public féminin. 

Au contraire, je pense que la gente masculine y trouvera largement son compte dans ces portraits plein d'humour. Et puis, les garçons de cette histoire (Farès, Basile ou encore Quentin) sont eux aussi très touchants. Même si je n'ai pas parlé d'eux, ils sont très importants dans la vie de nos héroïnes et dans ce roman!

Bref.

Pour tous et toutes à partir de 15 ans.

#Extraits

 

"Debout à la fenêtre, Judy regarde la pluie tomber. Elle songe à son enfance, voudrait que quelqu'un la pousse pour qu'elle retombe dedans. Elle ne pensait pas que l'adolescence se traversait forcément dans la douleur, à grands coups de pied au cul..." p.175

 

"Pour certains, la vie ressemble à un pré vert ou à un champ de blé avec option coquelicots et bleuets. Pour Jolène, la vie est une décharge à ciel ouvert." p.228

 

"Un, deux, trois, quatre soeurs. Qui se rejoignent pour onduler en duo. Se séparent pour des solos. Dont les corps rient. 

Un, deux, trois, quatre soeurs. Qui se plient, se tordent, en mouvements rythmés. Dont les corps sautent, volent ou presque.

Un, deux, trois, quatre soeurs ne font plus qu'une." p.268

 

"En cet instant crucial, alors que tout n'est qu'évidence, tout n'est qu'incertitude." p.275

 

Coup de cœur !
Collection
Editeur
Public
Date de sortie
Nombre de pages
280
Prix
16.00 €
Langue
Français

#VosCommentaires

#OnContinue ?

Les derniers des branleurs Les derniers des branleurs

“Il est quelle heure? C’est quoi la date? Il fait nuit ou jour? Tout ça n’a plus de sens. N’en a jamais eu, n’en aura jamais. Les mêmes choses en boucle.”


#lesderniersdesbranleurs, #vincentmondiot, #lddb, #actessudjunior
Hugo aime Jo(séphine)
"Il n'y a pas de quoi paniquer. Je ne dois pas être le seul garçon au monde à être tombé amoureux. Même si c'est vrai que le mot "tomber" peut faire peur."
#hugoaimejosephine, #sophiedieuaide, #didierjeunesse, #monmarquepageplus
Du haut de mon cerisier
"Moi, je suis en prison, comme si j'avais été arrêtée par Scotland Iard, sauf que les barreaux sont en brouillard et que mes compagnons de cellule se sont tous déjà enfuis."
#duhautdemoncerisier, #paolaperetti, #gallimardjeunesse
Mes vies à l'envers
Le héros de ce roman semble pris dans une spirale infernale. Pourra-t-il en sortir?
#mesviesalenvers, #echos, #gulfstream, #fantastique
Marquise
"Au nom du Plaisir, de la Frivolité et de la Sainte Beauté!"
#marquise, #joannerichoux, #sarbacane, #exprim, #amour, #roisoleil, #mensonge, #cour
Dans la gueule du loup
Un nouveau Michael Morpurgo illustré par Barroux. Une pépite !
#danslagueuleduloup, #michaelmorpurgo, #barroux, #onlitplusfort, #gallimardjeunesse
21 printemps comme un million d'années
"Je voudrais que les étoiles filantes exaucent vraiment les voeux. Je voudrais avoir vu une étoile filante. Je voudrais avoir fait un voeu."
#21printempscommeunmilliondannees, #camillebrissot, #syros
Mes idées folles
« Heureux celui qui trouve la folie de perdre la raison. »
#mesideesfolles, #axlcendres, #sarbacane, #exprim
Malicia Peps Tome 1 Concours à Canal Sorcière
Avec ce premier roman, Sibéal Pounder dépoussière le mythe de la sorcière. Vous ne croiserez ni chat noir ni balai et vraiment très peu de nez crochus dans cette aventure où, en revanche, l’humour…
#maliciapeps, #sibealpounder, #lauraellenanderson, #milan
Pour un oeil de poupée
Parfois, le pire qu’on pensait vivre n’est pas le pire qui peut nous arriver…
#pourunoeildepoupee, #marinacohen, #thierrymagnier, #horreur, #maisondepoupees, #peur