Kill all enemies

Soumis par HashtagCeline le lun 09/07/2018 - 23:06
Retour sur mes coups de coeur : Kill all enemies de Melvin Burgess. Un auteur que j'adore avec des textes qui dérangent.
#MonArticlePageDesLibraires

 

Billie est une adolescente révoltée, perturbée et hyper violente. Sa vie familiale est compliquée : sa mère, ancienne alcoolique, ne veut plus la voir. Placée dans une famille d’accueil, elle a du mal à se défaire de ses vieux démons et ne cesse de se battre. Une bagarre de trop met le feu aux poudres.

Rob, fan de heavy metal, vit un quotidien difficile auprès d’un beau-père violent qui le rabaisse sans arrêt. Sa mère, avant de quitter le domicile conjugal, lui fait promettre de veiller sur son petit frère et lui offre un tee-shirt de Metallica. Ce cadeau, en apparence anodin, va pourtant faire de la vie de Rob un enfer et le conduire à des comportements excessifs.

Chris a ses parents à ses côtés, mais il est en échec scolaire. Il n’a pas fait un seul devoir depuis quatre ans et ses parents ne savent plus quoi faire pour débloquer la situation. Chris, quant à lui, n’est jamais à court d’idées pour les faire enrager. Après une énième provocation envers un de ses professeurs, l’adolescent s’aventure lui aussi trop loin dans la provocation.

Billie, Rob et Chris sont envoyés à Brant, un établissement éducatif accueillant des jeunes en grande difficulté. Leur premier contact avec ce centre s’avère plus qu’explosif. C’est le début d’une cavale pour Billie et d’une amitié entre Rob et Chris.

De courts chapitres alternés permettent de découvrir tour à tour l’histoire de Billie, de Rob, de Chris ainsi que celle d’Hannah, une assistante sociale qui prend très à cœur son travail.

Cette construction apporte beaucoup de rythme et entretient le suspense. À chaque fois que l’on quitte un personnage, on a hâte de le retrouver dans les chapitres suivants.

Spécialiste des histoires douloureuses d’adolescents marginaux, Melvin Burgess dresse le portrait croisé de trois adolescents difficiles mais attachants.

On referme le livre avec le sentiment que, même si la vie ne leur a pas fait de cadeaux, tout espoir n’est pas perdu pour Billie, Rob et Chris.

Collection
Public
Date de sortie
Nombre de pages
372
Prix
15.50 €
Note
9
Langue
Français
Paru dans Page des Libraires

#VosCommentaires

#OnContinue ?

La route froide
"Les grosses chaussettes serraient ses jambes jusqu'au mollet comme deux tuyaux de fer, et les lacets des mocassins, noués et tordus de façon bizarre, étaient aussi durs que du barbelé. Il essaya de…
#laroutefroide, #thibaultvermot, #alexwinker, #sarbacane
Rattrapage
"Il est toujours là. Et il me regarde. Il détourne les yeux dès qu'il voit que moi aussi, je le regarde, mais oui, oui, il m'a vue. Il se souvient de moi. Bien sûr qu'il se souvient de moi. Au fond,…
#rattrapage, #vincentmondiot, #actessudjunior, #duneseulevoix
Les Cendres du Serpent-Monde Les Cendres du Serpent-Monde

"- Les Natii pensent que leurs cendres gagnent les cieux et, plus haut encore, la lune où ils se réincarnent sous la protection du Serpent-Monde. Chaque nuit, le grand serpent quitte sa tanière…
#lescendresduserpentmonde, #marinesivan, #tiphs, #scrineo, #partenariat

Sauvages
Nathalie Bernard a bien choisi le titre de son nouveau roman : Sauvages. Ce mot peut définir un animal, un milieu, des hommes mais évoque aussi la cruauté et la violence. Ici, il est employé à…
#sauvages, #nathaliebernard, #thierrymagnier
De 0 à dix De 0 à dix

"Pour tous ceux pour qui les chiffres ne tournent pas rond.

A."


#dezeroàdix, #christiandemilly, #alicedenussy, #grassetjeunesse
Ronchonette Cocolle
"Ronchonette Cocolle ne sait pas ce qu’elle veut, mais c’est la plus heureuse des petites râleuses !"
#ronchonettecocolle, #sibylledelacroix, #bayardjeunesse
Thornhill
"Ça m'a pétrifiée d'entendre ces bruits. Je pouvais sentir la peur serpenter de ma nuque jusqu'en bas de mon dos tandis qu'une sensation familière transperçait mes os. Je n'arrive pas à y croire. Qu'…
#thornhill, #pamsmy, #rouerguejeunesse, #epik
Dans la gueule du diable Dans la gueule du diable

"Amina ne lui laissait pas le choix. C'était tout ou rien. Refuser, c'était passer pour un dégonflé. Renoncer, c'était étouffer la curiosité qui l'étreignait. Mais accepter... c'était sans doute…
#danslagueuledudiable, #anneloyer, #mijade, #zonej

Les chiens
Ce roman est un véritable concentré de peur. Moi qui aime les romans d'horreur, je me suis régalée...
#leschiens, #allanstratton, #milan, #horreur, #fantome, #famille
Casseurs de solitude
Hélène Vignal sait aborder des sujets difficiles avec justesse, comme en témoignent ses précédents romans Gros dodo ou Zarbi (Le Rouergue). Au travers des histoires de Casseurs de solitude, qui sont…
#casseursdesolitude, #helegnevignal, #lerouergue, #doado