La seizième clé

"Seize, seize, seize... Du jour où il s'était mis à compter, Oswald avait su que le seize serait pour lui un nombre à part. Un talisman? Une malédiction? Après toutes ces années, il hésitait encore."
#EricSenabre

 

Eric Senabre... J'étais tellement contente de le retrouver après avoir lu avec plaisir les deux volumes des aventures du détective des rêves Arjuna Banerjee et de son fidèle assistant Christopher Carandini (cf Le vallon du sommeil sans fin ). Alors, qu'en est-il après la lecture de La seizième clé?

Sous cette couverture somptueuse et envoûtante  se cache un nouveau récit étonnant et je dois dire assez déstabilisant. Enfin, sûrement moins que pour ses deux héros, Oswald et Zelah.

Si j'étais parfois un peu perdue dans le temps et l'espace, j'ai adoré ce nouveau roman de l'auteur qui me prouve encore une fois qu'en sa compagnie, on ne s'ennuie pas.

 

#QuatrièmeDeCouv'

 

Dans l’immense manoir d’Hemyock, la vie d’Oswald est plutôt confortable : tout un personnel lui est dévoué pour qu’il développe ses talents de jeune prodige.

Une étrange maladie lui interdirait tout contact avec l’extérieur : aussi ne connaît-il ni ses parents, ni le monde qui entoure la propriété. Mais à l’approche de ses 16 ans, le garçon s’interroge de plus en plus sur les zones d’ombre que compte son existence.

Venue de nulle part, une jeune fille le contacte secrètement et l’incite à fuir avec elle. Mais comment sortir de ces murs ? Devant eux, le mystère est bien plus grand qu’ils ne l’imaginent…

 

#VraiOuFaux

 

Attention, le roman dont je m'apprête à vous parler va mettre vos méninges à rude épreuve. Pourquoi? Parce qu'au manoir d'Hemyock, lieu où se déroule cette mystérieuse histoire, rien ne semble être ce qu'il y paraît : les apparences y sont bien trop souvent trompeuses.

" - Vous êtes pour de vrai?

La question était à ce point candide, tellement spontanée, qu'Oswald ne put s'empêcher de pouffer :

- Eh bien, ici, il est très difficile de savoir ce qui est "pour de vrai" ou pas. Je commence à m'y perdre."

Et justement, c'est ce qui fait tout l'intérêt de ce livre. En compagnie d'Oswald et de Zelah, nous avançons à tâtons dans un univers mouvant, opaque et étrange qui n'est jamais le même. On se dit que cette histoire n'est pas très claire. On ne comprend pas tout, on se pose très vite des questions sur les conditions de vie d'Oswald, son héros atypique. Ce que l'on découvre, progressivement, ne fait que nous embrouiller. Mais heureusement, nos deux personnages principaux, en s'épaulant, nous accompagnent sur le chemin des découvertes. Ils nous facilitent grandement la tâche. Car en effet, le duo principal de cette histoire fonctionne très bien et donne beaucoup de rythme à cette aventure qui, avec d'autres protagonistes, aurait pu être particulièrement assommante. Mais là, clairement, on est loin de ça. On ne s'ennuie pas un seul instant ! On veut surtout comprendre ce qui se passe.

Oswald, habile poète à la verve originale (ses poèmes sont aussi ravissants qu'incompréhensibles), est un jeune homme un brin agaçant mais terriblement charmant.Sa vie qui semble apparemment parfaite, est finalement loin de l'être.

Zelah, chanteuse intuitive, quant à elle, apporte un vent de révolte et d'énergie à la vie monotone du jeune homme, coincé dans une routine certes confortable mais quelque peu inquiétante. Avec elle, pas question de se contenter de cette vie de faux-semblants.

Tous deux vont très rapidement créer une équipe complice et attachante. Et tout aussi vite, on a envie qu'ils s'en sortent et qu'ils découvrent la clé de l'énigme. Mais la route qui mène à la vérité est longue et tortueuse, semée de révélations peut-être pas toutes agréables à entendre.

Eric Senabre manoeuvre décidément bien son affaire et dans cet imbroglio, il déroule progressivement le fil de son intrigue. Rien n'est laissé au hasard. Tout est réfléchi. Mais ça, on ne le comprend qu'à la fin.

J'aime ce genre de romans, ceux qui, comme La Seizième clé, vous mettent la tête à l'envers. Les surprises et les coups de théâtre se multiplient. On suit avec appréhension (et un certain amusement) les péripéties (hors du commun) des deux héros car il ne faut pas oublier que le danger n'est jamais bien loin.

Avec Eric Senabre, vous allez voir double, vous allez tomber, vous allez tourner en rond, vous allez vous perdre et vous allez même peut-être croire que tout est perdu mais je peux vous garantir que vous allez vous passionner pour son roman qui défie bon nombre de lois scientifiques. C'est un véritable casse-tête !

Je me rends compte que je ne suis pas claire et que ce résumé reste vague. Parce qu'en même temps, révéler trop de choses sur ce texte est à mon avis, dommage.

Laissez-vous surprendre et je vous assure que vous ne le regretterez pas !

Bonne lecture et surtout bonne visite du manoir de Hemyock !

 

#PourQui?

 

Pour ceux et celles qui aiment les romans mystérieux.

Pour ceux et celles qui aiment les arts et les sciences.

Pour tous et toutes à partir de 13 ans.

 

La seizième clé
Détails du livre
Auteur: 
Editeur: 
Public: 
Date de sortie: 
02 octobre 2019
Prix: 
15.00€
Nombre de pages: 
224
Langue: 

Français

Abonnement

Envie de recevoir les nouveaux articles ?

#Abonnez-vous !

Commentaires

#OnContinue ?

La révolte des animaux moches La révolte des animaux moches
"La mocheté est une question de perspective : tout dépend comment on regarde."
#larevoltedesanimauxmoches, #lerouergue, #collinepierre, #annelisecombeaud, #dacodac
Photo de moi Trois mois déjà...
Mon blog HashtagCéline est né il y a maintenant trois mois...
#hashtagceline, #livres, #livre, #moi, #blog, #bilan
Suzon
Après Gus le chevalier minus (2016), la collection « Mes petits héros », chez Gulf Stream, accueille une nouvelle héroïne plus ancrée dans...
#humour, #chipie, #ecole, #piquenique, #nature, #animaux
Dis ours Dis ours, tu m'aimes ?
Moi oui vraiment, sans aucun doute, Canard et Ours je vous aime...
#disours, #johnjory, #benjidavies, #littleurban
Une histoire de sable Une histoire de sable
Une lecture, une relecture. Un coup de coeur dans les deux cas !
#unehistoiredesable, #benjamindesmares, #lerouergue, #doado