Un été à Sommerby

"Tout a commencé par une terrible nouvelle. Il en va parfois ainsi : il arrive quelque chose d'épouvantable, mais quand on y repense quelques années plus tard, on se rend compte que c'est par là, justement, que le bonheur est arrivé."
#UneCouvertureAttractive

 

Un été à Sommerby a été pour moi une très jolie surprise. 

Pour être tout à fait honnête, j'ai d'abord été attirée par sa couverture, illustrée par Sébastien Pelon dont j'aime beaucoup le travail (cf.Mes petites roues aux éditions Père Castor, 2017).
Mais très vite, j'ai su que ce roman valait le détour, et pas seulement à cause de sa belle couverture.

De plus, cela m'a permis de découvrir une autrice, Kirsten Boie, qui semble connaître un beau succès en Allemagne, son pays d'origine. Un été à Sommerby est son premier titre traduit et paru en France.

 

#QuatrièmeDeCouv'

 

"Si vous vous trouvez dans la petite ville dont l'unique rue est envahie par les touristes l'été, et qui est aussi vide, l'hiver, qu'un seau avant la traite : et si votre regard se porte au-delà de l'étendue d'eau, vous apercevrez, sur le cap qui vous fait face, la maisonnette ancienne.

- Mon Dieu, quelle situation exceptionnelle ! disent les touristes. Mais quel piteux état pour une maison !

Car ils dinstinguent sans peine: le bras de mer n'est pas si large à cet endroit.

- C'est la maison de la vieille Inge, disent les habitants du coin.

Et sur ce, ils se taisent."

Le temps d'un été, trois enfants, Martha et ses deux frères Mikkel et Matts vont rencontrer pour la première fois une grand-mère qu'ils n'ont jamais connue et partir à la découverte de la nature et d'eux-mêmes.

Un merveilleux roman initiatique.

#UnAirDeVacances

 

Un été à Sommerby met en place une intrigue plutôt simple mais nous installe dans atmosphère apaisante. Ce livre offre un vrai dépaysement, au calme, un peu comme si on était dans une bulle, dans cette maison isolée de tout. 
Inge, la grand-mère, a une vie simple, proche de la nature, sans téléphone, sans wifi, sans beaucoup de contact avec ses semblables. Elle s'occupe de son jardin, de ses poules, élève des oies et vend ses confitures "fait maison" au village. En sa compagnie, coupés du monde moderne (il n' y a même pas de chemin qui mène à sa maison !), sur le bout de l'île, on fait une pause. Moi, ça m'a vraiment fait du bien. J'ai eu l'impression de prendre un grand bol d'air! 

Inge est un personnage qui, malgré son apparence un peu revêche, m'a beaucoup touchée. C'est une femme droite, brute mais au fond, sensible. Elle ne parle plus à sa fille et ne connaît pas ses petits-enfants. Mais il y a une raison à cela, que nous découvrirons finalement. La question plane tout au long du récit.

De fait, Inge ne sait pas trop comment s'y prendre avec ses petits-enfants qu'elle n'a jamais vus. C'est assez amusant de voir la façon maladroite qu'elle a de s'adresser à eux, de se comporter avec eux. 
La rencontre des deux mondes, celui de la grand-mère, qui vit à l'ancienne et celui des petits-enfants, moderne et connecté, est un peu compliquée au début. 

J'ai beaucoup aimé tout ce qui tourne autour de cette relation qui se construit. C'est difficile, d'autant que les enfants, privés de leurs parents, sont inquiets. Pourtant, peu à peu, des habitudes s'installent, des liens se tissent et chacun apprivoise l'autre. 
Pour Mikkel et Matts, plus petits et plus spontanés, cela est plus facile que pour Martha, l'aînée.

Avec eux, j'ai pris plaisir à voir le temps s'écouler tranquillement, au gré des petites occupations quotidiennes : aller chercher les oeufs au poulailler, cueillir des fruits, prendre le bateau pour aller vendre les confitures... Des petites choses simples mais agréables.

L'action de ce livre se déroule lentement, nous laissant le temps de prendre le temps. N'est-ce pas appréciable parfois à cette époque où tout va trop vite?
Et puis, c'est toujours bien ausi de montrer aux enfants qu'on peut occuper son temps différemment, loin des portables, loin des écrans...
 
Bien entendu, il y a tout de même des éléments qui apportent du suspense et suscite un intérêt à poursuivre la lecture : qui est cet homme qui rôde autour de la maison de Inge? Pourquoi la grand-mère est fâchée avec sa fille? La maman des enfants va-t-elle se remettre de son accident?
Et bien d'autres choses encore...

A la fois roman d'apprentissage, chronique familiale et même roman d'aventure, ce livre est vraiment charmant.
 
Passer l'été à Sommerby vous fera voir la vie autrement alors vraiment, n'hésitez pas et arrêtez-vous un petit moment chez Inge, dans sa maison du bout du monde.

 

#PourQui?

 

Pour ceux et celles qui aiment les histoires de famille.

Pour ceux et celles qui rêvent de vivre coupés du monde.

Pour ceux et celles qui aiment les petites aventures du quotidien.

Pour ceux et celles qui cherchent un roman qui fait du bien.

 

Pour tous et toutes à partir de 11-12 ans.

Un été à Sommerby
Détails du livre
Auteur: 
Illustrateur: 
Editeur: 
Public: 
Date de sortie: 
08 février 2019
Prix: 
15.90€
Nombre de pages: 
350
Langue: 

Français

Abonnement

Envie de recevoir les nouveaux articles ?

#Abonnez-vous !

Commentaires

#OnContinue ?

Cinq dans le lit Cinq dans le lit
Une petite comptine que tout le monde connaît, un graphisme adorable et un astucieux système de cache-cache font de cet album tout-carton...
#cinqdanslelit, #mariefrancepainset, #ateliersaje, #didierjeunesse
Le grand voyage Le grand voyage
Emmett ouvre une bouteille de pétillant aux fleurs mauves. Cambouy, rêveur, promène son doigt sur le globe terrestre... "Il faut qu...
#legrandvoyage, #emmettetcambouy, #seuiljeunesse, #karenhottois, #delphinerenon
Chère Fubuki Katana Chère Fubuki Katana
Je l'attends chaque année (ou presque) avec fébrilité. Quoi donc? Le nouveau roman d'Annelise Heurtier.
#cherefubukikatana, #anneliseheurtier, #casterman, #letsread
Quand vient la vague Quand vient la vague
Je vous annonce une tempête d'émotions avec ce roman écrit à quatre mains.
#quandvientlavague, #manonfagetton, #jeanchristophetixier, #rageot
Dépasse-toi Léa ! Dépasse-toi Léa !
Une autrice que je découvre grâce aux réseaux sociaux !
#depassetoilea, #edithdeprendez, #editionsduvenasque