Celle que je suis

Soumis par HashtagCeline le lun 27/04/2020 - 13:54
“J’ai fermé les yeux et serré très fort les paupières, pour que le destin que j’entrevoyais, et auquel j’aspirais tant, ne puisse jamais s’échapper.”
#VoyageEnInde

 

Je suis toujours partante pour voyager un peu et découvrir d’autres cultures. L’Inde, comme le Japon, est un pays qui m’attire et qui m’intrigue. En faisant le bilan, je n’ai pas lu tant de romans sur le sujet… J’ai en tête l’excellent titre d’Annelise Heurtier, Le carnet rouge paru chez Casterman (2011) et Bye Bye Bollywood d’Hélène Couturier paru chez Syros (2017).

Le texte d’Anne Loyer, avec sa promesse d’un dépaysement assuré, est arrivé à point nommé. Alors, quel est le bilan de ce voyage maintenant que je suis rentrée? 

Une belle rencontre et un vent de liberté.

 

#QuatrièmeDeCouv'

 

“En Inde, encore aujourd’hui, naître fille reste un handicap.

A 16 ans, Anoki va en faire la douloureuse expérience. Jusque-là pourtant, rien dans sa vie à New Delhi, au sein d’une famille moderne et aimante, ne la préparait au destin qui l’attend. 

Depuis toute petite, ses parents lui ont appris, comme à ses deux grands frères et sa petite soeur, l’importance des études. Mais lorsqu’elle pense pourvoir choisir son avenir, elle se heurte à l’hostilité des siens et au poids des traditions.

Anoki, rebelle et amoureuse, va tout faire pour échapper au futur qu’on veut lui imposer…”

 

#AnokiContreLeResteDuMonde

 

Ce roman tire sa force de son héroïne, Anoki. Clairement, son combat, son courage, sa détermination font de Celle que je suis un texte passionnant et passionné.

Anne Loyer nous dresse le portrait d’une jeune fille moderne qui se trouve brutalement confrontée à des traditions et à l’obligation de les respecter.

Et le choc est d’autant plus rude qu’Anoki n’avait rien vu venir.

J’ai beaucoup aimé qu’Anne Loyer choisisse de situer son héroïne dans une famille moderne. Cela nous montre que malgré les changements qui s’opèrent petit à petit dans le pays, il y a encore beaucoup de chemin à faire pour changer les mentalités en ce qui concerne la place de la femme, même dans les milieux a priori plus ouverts.

Anoki va choisir de se battre. Peut-être est-ce plus naturel, facile pour elle qui est instruite et plus libre que d’autres? Mais tout de même, le poids de la culpabilité, celui du déshonneur infligé à sa famille si elle ne suit pas la voie qu’on lui indique, celle du mariage et de l’abandon de ses études, est très lourd. Et finalement, elle se retrouve dans une impasse. Elle va devoir faire des choix plus que difficiles.

Anoki est une adolescente à laquelle on s’attache très vite. Enthousiaste, vive et spontanée, elle nous emporte dans ses élans passionnés, qu’il s’agisse de sa carrière ou de ses amours.

Elle nous entraîne dans le tourbillon que devient sa vie et nous mêle à ses réflexions intimes, ses interrogations, ses doutes, ses peurs, ses envies.

On s’émeut aussi du parcours d’autres personnages comme Chatura, la femme de son frère, qui n’arrive pas à s’adapter à sa vie d’épouse au foyer ou encore Janani, sa meilleure amie qui ne trouve pas le courage de s’affirmer comme Anoki. 

On se prend d’amitié pour Lila, la petite soeur, soutien indéfectible d’Anoki, Kiran, le grand frère oreille attentive à distance ou encore Bir, le petit ami attentionné. Ils permettent aussi à Anoki de continuer à avancer sur la voie qu’elle s’est tracée.

Anne Loyer nous raconte plusieurs histoires en une à travers celle d’Anoki. Sans en faire un manifeste féministe, elle informe et sensibilise sur les inégalités hommes-femmes en Inde mais aussi dans le monde, notamment grâce au personnage de Tessa, l’amie américaine de Kiran.

Ce roman est vraiment très riche. Il est aussi très prenant car de nombreux rebondissements rythment le récit. 

Celle que je suis est un roman bouleversant qui invite à se battre pour ses idées et ses rêves qui a été, pour moi, une belle surprise.

 

#PourQui?

 

Pour ceux et celles qui ont des envies de voyage.

Pour ceux et celles qui aiment les héroïnes fortes et déterminées.

Pour ceux et celles qui se battent pour défendre leurs idées.

Pour ceux et celles qui veulent aller au bout de leurs rêves.

Pour tous et toutes à partir de 13 ans.

 

Auteur
Editeur
Public
Date de sortie
Nombre de pages
304
Prix
14.90 €
Langue
Français

#VosCommentaires

#OnContinue ?

Miss Pook et les enfants de la lune Episode 1
Comme il est bon de rire parfois... Merci Monsieur Santini !
#sorcière, #lune, #enfantsperdus, #fantastique, #humour
Passionnément...à ma folie
"Les histoires d'amour finissent mal...en général." Enfin, je dis ça, je dis rien.
#manipulation, #amour, #adolescence, #identité
Journal d'un amnésique
"Pour l'instant, ma tête est comme une grande maison vide aux murs lisses. Chacune de mes pensées , une balle super rebondissante lancée par un champion de baseball. Ça jaillit, ça percute, ça s'…
#journaldunamnesique, #nathaliesomers, #didierjeunesse
Les quatre gars
Claire Renaud, en plus de son Pépix, nous propose un roman pour les (un peu) plus grands dans la collection Exprim. UNE REUSSITE !
#famille, #père, #grand-père, #frère, #absence, #femme, #quotidien, #humour
Little Urban
Little Urban a fait un sacré chemin depuis ses débuts. L'éditeur a su imposé sa patte dans le secteur jeunesse grâce à des albums bien originaux. Moi, je suis littéralement fan.
#littleurban, #123onesttousdescats, #lelivreblanc
Au lit les chats
" Un chat rouge est entré dans la maison pour s'y reposer. Et voilà que tout doucement s'approche un chat vert foncé..."
#aulitleschats, #barbarauriocastro, #saltimbanqueeditions
Panique à Gémelia Panique à Gémelia

"- Tout d’abord, retenez bien ceci, mes petites canailles : aucune enquête ne résiste au jeune Ivan Lorpalou ! Non, ce n’est pas assez… enfin vous voyez, quoi. Pas assez spectaculaire. D’…
#paniqueagemelia, #bettypiccioli, #etincelles, #gulfstream

Comme des sauvages Comme des sauvages

"Tout à l’heure, hier, à propos des règles de chasse de la communauté, il avait pensé : «Quand je serai adulte», et c’était une pensée répugnante – mais il subodorait que dès lors qu’on l’a conçue…
#commedessauvages, #vincentvilleminot, #pocketjeunesse, #pkj

Classe de lune
Parfois, des images suffisent. Classe de lune, l'album sans texte de John Hare nous le prouve.
#classedelune, #johnhare, #pastel, #ecoledesloisirs
Laurent le flamboyant
"Bon sang de bois, de bon bois de sang!" Encore un coup de coeur aux éditions MeMo...
#laurentleflamboyant, #karenhottois, #juliawoignier, #memo, #petitepolynie